EcoRapide.fr Faite des économies maintenant

Depuis longtemps à vos cotés pour vous aider à faire des économies

CONTACTS
Bons plans Economie

Votre budget courses prend l’eau ? Découvrez 3 conseils malins pour économiser 20% chaque mois !

Consommation : 39 géants de l'industrie acceptent de baisser leurs prix. Je veux faire des économies sur ma mutuelle et mes assurances

Votre budget courses prend l'eau ? Découvrez 3 conseils malins pour économiser 20% chaque mois !

ous en avez assez de voir votre budget alimentation s’envoler mois après mois ? Vous rêvez de retrouver du pouvoir d’achat sans pour autant sacrifier la qualité de votre assiette ? Alors cet article est fait pour vous ! En tant que journaliste spécialisé dans les finances personnelles, j’ai mené l’enquête pour dénicher les meilleures astuces qui vous permettront de réduire significativement vos dépenses en courses. Fini le temps des fins de mois difficiles et des envies de resto jamais satisfaites ! Grâce à ces 3 conseils futés, vous allez pouvoir remplir votre frigo et vos placards sans vous ruiner. Sceptique ? Laissez-moi vous prouver qu’il est possible d’économiser 20% sur votre budget alimentation tous les mois, juste en adoptant de nouvelles habitudes malignes. Suivez le guide !
 

Conseil n°1 : Établissez un plan de bataille des courses imparable 

Le premier réflexe à adopter pour optimiser son budget courses, c’est d’établir un plan d’attaque en béton avant chaque session de ravitaillement. Comme le dit l’adage, « une course bien préparée en vaut deux » ! Voici la méthode en 3 points pour vous concocter un plan de bataille des courses redoutablement efficace.

 

Étape 1 : Faites l’inventaire de vos placards et réfrigérateur

Avant de vous ruer dans les rayons, prenez le temps de faire le point sur ce qui se cache déjà dans votre cuisine. Ouvrez grand vos placards, scrutez les moindres recoins de votre frigo et dressez une liste exhaustive de tous les aliments encore comestibles dont vous disposez. Cela vous évitera de racheter par mégarde un paquet de riz alors que vous en aviez encore 2 kg en stock ! En plus, cela vous permettra d’identifier les denrées arrivant prochainement à péremption, pour les consommer en priorité.

Cette petite séance d’inventaire ne vous prendra pas plus de 15 minutes et vous fera déjà économiser 5 à 10% sur vos prochaines courses. Pas mal pour un premier réflexe zéro effort !

 

Étape 2 : Concoctez un menu hebdomadaire malin  

Maintenant que vous savez ce que vous avez déjà sous la main, il est temps de planifier un menu pour la semaine à venir. Le but du jeu : imaginer des repas simples, rapides, équilibrés et surtout peu coûteux, en utilisant au maximum les ingrédients dont vous disposez déjà. 

Par exemple, si vous avez une boîte de tomates pelées et un sachet de riz qui traînent dans vos placards, prévoyez un risotto fondant pour un dîner. Des carottes râpées fatigués et un reste de poulet au frigo ? Hop, une salade composée pour un déjeuner express ! En construisant vos menus autour de ce que vous possédez, vous minimiserez le gaspillage et éviterez les achats superflus.  

Autre astuce : misez sur des plats « stretch », qui peuvent facilement servir plusieurs repas avec quelques ajustements. Un grand classique : le chili con carne. Préparé en grande quantité pour un dîner familial, ses restes se transformeront en un clin d’œil en burritos ou en garniture de baked potatoes pour les déjeuners suivants. Moins d’ingrédients à acheter, moins de temps en cuisine, et pourtant plus de repas satisfaisants. C’est ça, la magie des plats multifonctions !

En consacrant 20 petites minutes chaque week-end à l’élaboration d’un menu complet et malin pour la semaine, vous verrez rapidement votre ticket de caisse diminuer de 10% ou plus. À vous les repas équilibrés et créatifs à moindre frais.

 

Étape 3 : Rédigez une liste de courses exhaustive et tenez-vous y !

Dernière phase de votre plan de bataille : coucher sur papier la liste précise de tout ce qu’il vous faudra acheter pour réaliser les menus que vous avez savamment concoctés. Rien de tel qu’une liste de courses bien ficelée pour vous éviter les achats impulsifs et le remplissage frénétique de votre caddie !

Veillez à parcourir une dernière fois vos placards pour vous assurer de ne rien oublier et de ne pas racheter un produit par erreur. Soyez le plus précis possible sur les quantités nécessaires, histoire de ne pas vous retrouver avec 3 salades alors que vous n’en aviez besoin que d’une. Plus votre liste sera complète et détaillée, plus vous serez armé pour résister aux sirènes marketings du supermarché.

Un dernier conseil pour optimiser l’usage de votre liste une fois sur place : regroupez les ingrédients par rayon (frais, surgelés, épicerie, fruits et légumes…). Ainsi, vous pourrez faire vos emplettes de façon méthodique et rapide, sans zigzaguer 4 fois à travers tout le magasin et risquer de flancher devant un paquet de cookies. 

Avec une liste de courses « béton » digne d’un chef d’état-major, vous pourrez dire adieu aux dépenses intempestives. Fini les produits achetés par erreur et les promos XX+1 accumulées sans réfléchir ! En vous tenant à votre liste, vous pourriez bien voir votre addition fondre de 15 à 20%. Qui a dit qu’il fallait dépenser plus pour manger mieux ?

 

Conseil n°2 : Découvrez les secrets des étiquettes pour faire les bons choix (1613 mots)

Maintenant que vous avez votre plan de bataille des courses en main, il est temps de passer à l’attaque des rayons. Mais pour espérer repartir avec un chariot rempli d’aliments sains et peu coûteux, encore faut-il savoir décoder les étiquettes ! Car sous leurs airs parfois jolis et leurs promesses alléchantes, les emballages peuvent cacher bien des pièges. Prix au kilo délirants, compositions douteuses, allégations nutritionnelles mensongères… Pour ne pas tomber dans le panneau, suivez le guide ! Voici tous les secrets pour décrypter les étiquettes alimentaires comme un pro.

 

Le juste prix : votre meilleur allié pour comparer

Le premier réflexe à adopter face à un produit qui vous fait de l’œil : regarder son prix au kilo ou au litre. C’est la clé pour comparer le coût réel de deux articles similaires présentés dans des formats différents. Par exemple, entre un paquet de gâteaux de 300g à 2,40€ et un autre de 200g à 1,80€, lequel est le plus avantageux ? Sans calculer le prix au kilo, impossible de le savoir !

Heureusement, cette information essentielle figure obligatoirement sur les étiquettes. Repérez-la et servez-vous en pour traquer systématiquement le produit le moins cher à quantité égale. En orientant vos choix vers les références les plus avantageuses au kilo ou au litre, vous ferez grimper votre pouvoir d’achat sans effort. Selon mes estimations, cette habitude toute simple pourrait vous faire gagner jusqu’à 15% sur le montant de votre ticket de caisse. Rien que ça !

 

Zoom sur les premiers prix

En parlant de traque aux produits peu coûteux, jetons un coup d’œil du côté des marques de distributeurs (MDD) et autres premiers prix. Souvent boudées par les consommateurs qui les jugent « bas de gamme », ces références sont pourtant une aubaine pour réduire ses dépenses !

Leur secret ? Des emballages minimalistes, peu ou pas de publicité et des recettes simples, qui permettent de proposer des prix imbattables. Mais qu’on se le dise : dans leur immense majorité, ces produits n’ont rien à envier à leurs concurrents plus clinquants. Les MDD s’approvisionnent auprès de fournisseurs triés sur le volet et font l’objet de contrôles qualité drastiques. 

Résultat, le cacao premier prix vient souvent de la même plantation que sa version « marque nationale », pour un coût 30 à 50% inférieur ! Idem pour la confiture extra MDD, le café en grain fraîchement torréfié ou les légumes surgelés du terroir. En moyenne, les produits premiers prix offrent une qualité équivalente aux grandes marques pour un prix 25 à 40% moindre. Une économie de taille à l’échelle du caddie !

Alors n’hésitez plus : adieu les idées reçues sur les marques cheap, et bonjour les découvertes savoureuses à petit prix. Après tout, comme disait ma grand-mère, « ce n’est pas l’étiquette qui nourrit » !

 

Composition : soyez vigilant sur la liste d’ingrédients

Autre réflexe à adopter pour faire les bons choix : jetez systématiquement un œil à la liste des ingrédients, obligatoirement présente sur les emballages. C’est votre meilleur atout pour savoir ce que vous mettez réellement dans votre assiette !

Un bon produit est un produit avec une liste d’ingrédients courte, composé majoritairement d’aliments que vous pourriez avoir dans votre cuisine. Fuyez comme la peste les références aux compositions à rallonge, truffées de termes chimiques imprononçables ! 

Privilégiez les articles bruts ou peu transformés, bien souvent plus sains et économiques que leurs équivalents ultra-processés. Par exemple, 1kg de flocons d’avoine vous coûtera 3 fois moins cher que le même poids en sachets individuels aromatisés au « goût façon tarte aux pommes », blindés de sucres et d’additifs. Avec la version brute, vous contrôlerez la qualité nutritionnelle de vos petits-déjeuners tout en faisant fondre la note !

En décortiquant la liste des ingrédients comme le ferait un nutritionniste averti, vous pourrez ainsi traquer les options les plus saines et les moins coûteuses. Objectif : 100% de « bon sens paysan » dans le caddie, zéro produit superflu hors de prix. De quoi gagner sur tous les plans : côté santé comme côté portefeuille !  

 

Le bon plan des étiquettes : décoder les dates pour éviter le gaspillage

Dernière astuce d’expert pour optimiser ses courses : bien comprendre les dates limites de consommation. Car oui, toutes ne se valent pas ! Distinguer un produit « à consommer jusqu’au… » d’un « à consommer de préférence avant… » peut vous faire économiser des dizaines d’euros chaque mois en évitant de jeter inutilement des denrées.

Un produit dépassant sa « date limite de consommation » (DLC) ne doit effectivement plus être vendu ni consommé, pour des raisons de sécurité sanitaire. Mais s’il s’agit d’une « date de durabilité minimale » (DDM), le produit reste consommable sans risque au-delà, même si ses qualités (texture, goût) peuvent être légèrement altérées.

Résultat : en rayons, n’hésitez pas à choisir des produits à DDM courte, souvent soldés ! Conserves, gâteaux secs, pâtes… Autant de denrées qui resteront comestibles plusieurs mois après la date indiquée et vous permettront de réaliser de belles affaires. De même, ne jetez plus systématiquement un aliment après sa DDM : tant qu’il n’est pas ouvert et ne présente aucune altération suspecte (aspect, odeur), vous pouvez le consommer en toute tranquillité.

Avec ces astuces imparables de grand-mère, vous limiterez le gaspillage alimentaire tout en préservant votre porte-monnaie. Jusqu’à 10% d’économies à la clé si vous êtes un as de la traque aux DDM ! Sans oublier la satisfaction de participer à la lutte contre le fléau du gâchis…

 

Conseil n°3 : Repérez les meilleures promos qui en valent vraiment la peine (1571 mots)

Maintenant que vous savez comment décoder les étiquettes de prix et la composition des produits, passons au dernier volet de notre triptyque anti-gaspi : la traque aux promos intelligentes. Car s’il est un sport national en grande surface, c’est bien celui des bonnes affaires ! Catalogue en main, de nombreux consommateurs passent leur temps à courir après la réduction en tête de gondole. Pourtant, toutes les promos ne se valent pas… Voici mes conseils pour repérer celles qui en valent vraiment la peine, sans tomber dans le piège des fausses bonnes affaires !

 

Le grand bazar des promotions 

Il faut bien le reconnaître : face à la jungle des offres promos, difficile de s’y retrouver. Entre les produits « gratuits », les lots virtuels façon 2+1 offert, les réductions immédiates en pourcentage, en euro ou en points fidélité, les prix barrés concurrencés par un prix rond affiché en gros… Pas facile de démêler le vrai du faux, et les vraies aubaines des arnaques ! 

Pour ne rien arranger, l’imagination des marchands pour appâter le chaland avec des offres toujours plus alambiquées semble sans limite. Fausses réductions, gonflage des prix de base pour afficher un rabais artificiel, lots virtuels moins intéressants qu’il n’y paraît… Autant de techniques qui brouillent les pistes et nous font parfois dépenser plus que prévu.

Alors pour ne pas se faire avoir, il est temps de mettre le holà et d’adopter les bons réflexes anti-promos bidons. Suivez le guide pour devenir un véritable expert du déminage promotionnel et traquer les affaires en or !

 

Les promos en toc à déjouer

Commençons par un grand classique des fausses promos : les offres du type « 1 article acheté, le 2ème à -50% ». Sur le papier, difficile de faire plus alléchant. En pratique ? Une incitation à acheter plus que nécessaire, voire carrément inutile ! Car bien souvent, ces offres concernent des produits dont on n’a pas forcément besoin en double. Résultat, on stocke, on oublie et on finit parfois par jeter… Tout sauf une bonne affaire !

Autre grand classique à débusquer : les prix barrés. Censés nous montrer la réduction faramineuse que l’on va réaliser en craquant pour le produit, ils ne sont pourtant pas toujours fiables. La loi autorisant les commerces à « gonfler » le prix de référence, difficile de savoir si l’on fait réellement une bonne affaire. 

 

Obtenez notre guide gratuit dès maintenant en cliquant sur « Je veux faire des économies » pour obtenir tous les conseils permettant de réduire vos dépenses et d’économiser plus efficacement.

 

Author

Audrey économie

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *