EcoRapide.fr Faite des économies maintenant

Depuis longtemps à vos cotés pour vous aider à faire des économies

CONTACTS
Bons plans Economie

Consommer autrement, c’est gagner gros ! – Interview avec Jeanne, retraitée engagée

Je veux faire des économies sur mes billets de Trains. Je veux faire des économies sur ma mutuelle et mes assurances

Consommer autrement, c'est gagner gros ! - Interview avec Jeanne, retraitée engagée

Nos habitudes de consommation effrénée ont de lourdes conséquences sur notre planète et notre portefeuille. Mais il est possible de changer les choses en adoptant une approche plus responsable. Pour nous en dire plus, nous avons le plaisir d’accueillir Jeanne, une retraitée particulièrement engagée sur ces questions. 

Jeanne, pouvez-vous nous raconter comment vous en êtes venue à vous intéresser à la consommation responsable et aux économies qu’elle peut générer ?

 

Jeanne : Avec grand plaisir. Mon engagement pour une consommation plus durable a en réalité commencé il y a très longtemps, bien avant que ce sujet ne devienne tendance. Disons que j’ai toujours eu ce réflexe de vouloir faire des choix de consommation réfléchis, que ce soit pour préserver l’environnement ou pour gérer au mieux mon budget.

Quand j’étais jeune, j’ai grandi dans une famille modeste où l’on apprenait à ne rien gaspiller. Ma mère nous inculquait des valeurs de frugalité, de réparation et de réemploi. C’était une vraie culture du « fait maison » et du « seconde main ». Et je peux vous dire que ça m’a beaucoup marquée !

Puis, lorsque je suis devenue adulte et que j’ai commencé à travailler, j’ai gardé cette mentalité. Même si j’aurais pu me permettre de consommer plus, je restais assez modeste dans mes achats. Je privilégiais toujours la qualité à la quantité, et j’essayais de faire durer mes biens le plus longtemps possible.

Mais c’est quand je suis partie à la retraite, il y a une dizaine d’années, que j’ai vraiment pu me consacrer pleinement à cette transition vers une consommation plus responsable. Avec plus de temps libre, j’ai pu m’impliquer davantage dans des initiatives locales, comme les ressourceries ou les ateliers de réparation.

Et là, j’ai été à la fois surprise et ravie de constater à quel point ces changements de comportement pouvaient m’apporter des bénéfices concrets, tant sur le plan financier qu’environnemental. J’ai réalisé que je pouvais non seulement faire des économies substantielles, mais aussi avoir un impact positif sur la planète.

C’est à ce moment-là que j’ai vraiment pris conscience de l’importance de ce sujet et que j’ai décidé de m’engager davantage. Aujourd’hui, je suis une véritable militante de la consommation responsable, et j’essaie de transmettre ce message autour de moi, notamment auprès des plus jeunes.

 

Vous parlez de bénéfices financiers et environnementaux concrets. Pouvez-vous nous en dire plus ?

 

Jeanne : Bien sûr. Comme je le disais, j’ai été particulièrement impressionnée par l’impact que peuvent avoir des gestes simples de consommation responsable sur son portefeuille.

Par exemple, quand j’ai commencé à faire régulièrement les friperies et les vide-greniers de ma ville, j’ai réalisé que je pouvais renouveler ma garde-robe à très bas coût. Au lieu de dépenser des centaines d’euros dans des vêtements neufs, je trouve de magnifiques pièces d’occasion pour une bouchée de pain. Ça me fait faire des économies substantielles, tout en évitant le gaspillage.

Autre exemple, quand ma machine à laver a rendu l’âme il y a quelques années. Au lieu de la remplacer immédiatement par un modèle neuf, j’ai décidé de la faire réparer. Avec l’aide d’un atelier participatif, j’ai pu la remettre en état de marche pour une trentaine d’euros, alors qu’un appareil neuf m’aurait coûté plus de 400 €. Vous imaginez les économies !

Et ce n’est pas tout. Dans mon alimentation aussi, j’ai réussi à faire des économies en adoptant une approche plus responsable. Je fais mes courses principalement en vrac, je privilégie les produits locaux et de saison, et je stocke mieux mes aliments pour éviter le gaspillage. Résultat, je dépense environ 50 € de moins par mois sur ce poste.

Au final, tous ces petits changements m’ont permis de réduire mes dépenses de près de 20 % par rapport à avant ma retraite. C’est une véritable bouffée d’air frais, à la fois sur le plan financier et psychologique. Je me sens beaucoup plus sereine et épanouie.

Mais au-delà des aspects purement économiques, ce qui me motive le plus, c’est l’impact environnemental de ces nouvelles pratiques. Quand je vois la quantité de déchets que j’évite en réparant, en réutilisant et en achetant local, je me dis que c’est un geste essentiel pour préserver notre planète.

Alors oui, la consommation responsable, ça paie vraiment ! Et c’est un message que j’essaie de transmettre autour de moi, notamment aux plus jeunes générations. Car je pense que c’est un levier indispensable pour construire un avenir plus durable, à la fois sur le plan personnel et collectif.

 

Vous parlez beaucoup de votre engagement personnel. Avez-vous aussi d’autres sources d’inspiration ?

 

Jeanne : Tout à fait. Si mon engagement pour la consommation responsable a d’abord été une affaire personnelle, au fil des années, je me suis également inspirée et nourrie de nombreuses initiatives citoyennes.

Quand j’ai pris ma retraite, j’ai notamment pu m’impliquer davantage dans des associations locales, comme les ressourceries ou les ateliers de réparation. C’est là que j’ai découvert tout un écosystème d’acteurs engagés, qui m’ont beaucoup apporté.

À travers ces rencontres et ces échanges, j’ai pu apprendre de nouvelles techniques, découvrir des solutions innovantes, et surtout, m’ouvrir à d’autres façons de consommer. J’ai été particulièrement inspirée par les témoignages de personnes qui, comme moi, avaient réussi à faire de belles économies tout en protégeant l’environnement.

Mais au-delà du cercle militant, j’ai aussi été touchée par les initiatives portées par des institutions ou des entreprises. Par exemple, j’ai été très impressionnée par la politique de l’économie circulaire mise en place dans ma ville, avec la création de points de collecte, de réparation et de revente d’objets d’occasion.

Ou encore, j’ai été ravie de découvrir que certaines marques et enseignes commençaient à s’engager concrètement pour proposer des produits plus durables et responsables. C’est un vrai levier d’action, qui montre que ce changement de paradigme touche tous les secteurs.

Donc oui, j’ai eu la chance de m’entourer de personnes et d’initiatives inspirantes, qui m’ont permis d’approfondir ma réflexion et mon engagement. Cela m’a énormément apporté, à la fois sur le plan personnel et sur le plan collectif.

Car je pense sincèrement que c’est en unissant nos forces, en partageant nos expériences et en construisant des solutions ensemble, que nous pourrons vraiment faire bouger les lignes. C’est ce qui me motive à continuer à m’impliquer, à mon échelle, pour promouvoir une consommation plus durable.

 

Vous semblez vraiment avoir une vision très holistique du sujet. Qu’est-ce qui vous anime le plus dans cet engagement ?

 

Jeanne : Vous avez raison, j’essaie vraiment d’avoir une approche globale de la question. Car pour moi, la consommation responsable, ce n’est pas seulement une affaire d’économies ou de protection de l’environnement. C’est un véritable levier de transformation sociale et de réinvention de nos modes de vie.

Au-delà des bénéfices directs, sur le plan financier ou écologique, ce qui me passionne le plus, c’est la dimension humaine et collective de cette transition. Quand je vois les liens qui se créent au sein des ateliers de réparation, quand je discute avec des personnes qui redécouvrent le plaisir de consommer autrement, ça me touche profondément.

Car pour moi, la consommation responsable, c’est aussi un moyen de recréer du lien social, de retrouver du sens et de l’autonomie dans nos vies. C’est une façon de se réapproprier notre pouvoir d’agir, de ne plus subir passivement les diktats d’un système qui nous pousse à toujours acheter plus.

Alors oui, j’ai à cœur de transmettre ce message, notamment auprès des jeunes générations. Je veux leur montrer que consommer autrement, ce n’est pas une contrainte, mais une véritable libération. Que c’est une opportunité de se réinventer, de s’épanouir, et de construire ensemble un avenir plus juste et plus durable.

Bien sûr, je sais que ce changement de paradigme n’est pas facile. Il demande du temps, de l’efforts et de la persévérance. Mais je suis convaincue que c’est un investissement qui en vaut la peine, à la fois sur le plan individuel et collectif.

Alors oui, je continuerai à militer, à témoigner et à partager mon expérience. Parce que je crois profondément que la consommation responsable a le pouvoir de nous transformer, de nous libérer et de nous réconcilier avec nous-mêmes, avec les autres et avec notre planète. C’est un défi passionnant à relever, ensemble.

 

Pour conclure, quels seraient vos principaux conseils pour nos lecteurs ?

Jeanne : Mon principal conseil serait de ne pas avoir peur de se lancer, quel que soit son âge ou son expérience. La consommation responsable, ce n’est pas une affaire de perfection, mais plutôt d’engagement et de bienveillance envers soi-même.

Le plus important, c’est d’oser franchir le pas, en commençant par quelques gestes simples qui nous correspondent. Que ce soit faire ses courses en vrac, acheter d’occasion, ou apprendre à réparer ses objets, chaque petit pas compte. L’essentiel est de trouver ce qui nous fait du bien, à notre rythme.

Ensuite, je dirais qu’il est primordial de s’ouvrir aux autres, de s’entourer de personnes inspirantes et de s’impliquer dans des initiatives collectives. Que ce soit au sein d’associations, de groupes de discussion ou de projets locaux, cela permet de gagner en motivation, en conseils et en soutien mutuel.

 

Enfin, je pense qu’il faut apprendre à se faire confiance et à ne pas hésiter à expérimenter. La consommation responsable, c’est un apprentissage de tous les jours, où on avance par essais et erreurs. L’important est de rester bienveillant envers soi-même et de continuer à se réinventer.

Vous l’avez compris, consommer autrement n’est pas seulement bon pour la planète, c’est aussi une formidable opportunité de faire des économies. Alors n’hésitez plus et rejoignez dès maintenant la communauté d’ecorapide.fr pour découvrir encore plus d’astuces pour réaliser des économies grâce à une consommation plus responsable !

 

Obtenez notre guide gratuit dès maintenant en cliquant sur « Je veux faire des économies » pour obtenir tous les conseils permettant de réduire vos dépenses et d’économiser plus efficacement.

Author

Audrey économie

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *