EcoRapide.fr Faite des économies maintenant

Depuis longtemps à vos cotés pour vous aider à faire des économies

CONTACTS
Economie

L’épargne des Français à la loupe : Radiographie d’une nation tiraillée entre prudence et difficultés

L'épargne des Français à la loupe : Radiographie d'une nation tiraillée entre prudence et difficultés

En ces temps d’incertitudes économiques, alors que l’inflation érode le pouvoir d’achat, les Français ont dû revoir leurs stratégies d’épargne. Certains ont pu se constituer des réserves substantielles, tandis que d’autres peinent à joindre les deux bouts. Décryptage d’une situation contrastée. 
 

Un taux d’épargne moyen de 15,3% cachant de profondes disparités

En moyenne, les Français ont épargné 15,3% de leur revenu disponible en 2023 selon les derniers chiffres de l’Insee. Un taux globalement stable par rapport à 2022, mais qui masque d’importantes disparités selon les niveaux de revenus.

Les 20% des ménages les plus aisés ont pu se permettre d’épargner en moyenne 25% de leurs revenus. Un matelas de sécurité confortable en cas de coup dur. À l’inverse, pour les 20% les plus modestes, à peine 5% des maigres revenus ont pu être mis de côté. Une situation précaire pour de nombreux foyers.

« L’épargne reste un luxe pour les classes populaires et une partie des classes moyennes, résume Sylvie Demarne, économiste. Avec l’inflation galopante, beaucoup n’arrivent tout simplement pas à épargner face à l’augmentation du coût de la vie. »

 

Des livrets réglementés plébiscités en 2023

Rassurés par la sécurité de ces placements, les épargnants se sont majoritairement tournés vers les livrets réglementés comme le Livret A et le Livret de Développement Durable en 2023. Avec des taux de rémunération garantis et une liquidité totale, ces supports ont capté près de 40% de l’épargne des ménages l’an dernier.

« C’est une valeur sûre qui protège du risque d’inflation à court terme, explique Martin Lefort, conseiller en gestion de patrimoine. Néanmoins, leur rendement reste très limité sur le long terme. »  

L’assurance-vie, autre valeur refuge privilégiée, a concentré 30% des placements des épargnants. Malgré une fiscalité moins favorable depuis quelques années, elle conserve ses atouts en termes de souplesse et de tranches d’imposition avantageuses.

 

Pour les ménages aisés : l’immobilier et la Bourse ont la cote

Parmi les 20% des Français les mieux lotis, d’autres placements plus risqués ont été privilégiés, à commencer par l’immobilier locatif. Malgré un marché tendu, les investissements ont progressé de 8% en 2023, portés par les plus-values espérées sur le long terme.  

 

« L’immobilier reste l’une des premières valeurs refuges des Français aisés, constate Eric Bergier, analyste immobilier. Mieux vaut cependant bien choisir ses investissements pour s’assurer des rendements corrects. »

Les placements financiers comme les actions ou les obligations ont également séduit une frange de ces ménages aisés, plus à l’aise avec la prise de risque. 

« Miser sur les marchés peut être judicieux pour investir sur le long terme et battre l’inflation, à condition d’être suffisamment capitalisé et d’accepter la volatilité, » rappelle Martin Lefort.

Malgré tout, la prudence reste de mise : moins d’un épargnant sur cinq a franchi le pas de la Bourse en 2023.

Un tiers des Français contraints de puiser dans leur épargne

 

Si une partie des Français a pu se constituer des réserves, d’autres ont dû y puiser pour faire face à l’érosion de leur pouvoir d’achat. Selon une étude récente, 35% des ménages ont entamé leur épargne de précaution en 2023.

« Pour de nombreux foyers modestes et une partie des classes moyennes, épargner est devenu un luxe impossible, déplore Sylvie Demarne. Certains se sont même endettés pour payer leurs factures courantes. »

Un phénomène précipité par la hausse généralisée des prix, de l’énergie à l’alimentaire. Des dépenses contraintes qui ont plombé les budgets et englouti les potentielles économies pour un tiers des Français.

 

Dans ce contexte difficile, tous les regards se tournent désormais vers le gouvernement. Fera-t-il des arbitrages favorables au pouvoir d’achat dans les prochains mois ? Une nécessité pour permettre aux ménages de respirer et, qui sait, reconstituer leur épargne entamée.

Quoi qu’il en soit, l’épargne des Français restera une priorité en 2024. Certains pour se prémunir, d’autres dans l’espoir de pouvoir enfin se constituer un petit pécule.  

 

Obtenez notre guide gratuit dès maintenant en cliquant sur « Je veux faire des économies » pour obtenir tous les conseils permettant de réduire vos dépenses et d’économiser plus efficacement.

Author

Audrey économie

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *